Préparation pour le Marathon du Pôle Nord – Step 3 : entraînement en chambre froide

North Pole Marathon

Il faut compter deux fois plus de temps pour courir le Marathon du Pôle Nord qu’un marathon classique. Il y a deux raisons à cela :

  1. les conditions climatiques – températures de l’ordre de -25°C à -35°C (et parfois moins…); et,
  2. l’irrégularité de la surface au sol – neige et glace – des crêtes de pression étant créées par les frictions et chevauchements des blocs de glace. Le vent peut également créer des congères.

Notre entraînement spécifique consiste en conséquence principalement à courir sur la plage ou la neige (avec des raquettes aussi car celles-ci peuvent s’avérer indispensables le jour J en fonction de l’état de la neige) et dans un entrepôt frigorifique en froid négatif (-25°C) afin de tester la résistance du matériel au froid, la conservation de chaleur et la gestion de la transpiration (car transpiration = eau = givre ou glace à -25°C !).

Premier test donc ce samedi en entrepôt frigorique, pour une sortie de 2 heures à vitesse spécifique.

Nous sommes chaleureusement accueillis au sein des entrepôts frigoriphiques d’OrlyGel  (à Orly).

OrlyGel

Après quelques explications sur le fonctionnement de l’entrepôt, c’est parti pour cette première séance. L’objectif du jour est surtout d’évaluer les premières sensations de course à -25°C et c’est également l’occasion d’utiliser deux des masques fournis par notre partenaire Oakley (Canopy pour Jérémie et A-Frame pour Stéphanie).

Steph & Jérémie OrlyGel

Résultats : nous avons eu un peu froid… une fois sortis de l’entrepôt ! Et un peu trop chaud en réalité durant l’entraînement, ce qui n’est toutefois pas une surprise dans la mesure où notre équipement reste à ce stade à compléter – savant dosage de superposition de couches pour ne pas perdre trop de chaleur tout en évacuant suffisamment la transpiration.

Après une heure de course, nous observons déjà que la couche extérieure commence à givrer ou à durcir en raison du froid. Les masques Oakley sont efficaces, la double lentille permettant de limiter significativement le givre – malgré un rythme plus soutenu en fin de séance.

Steph & Jérémie Entrepôt

A suivre donc – prochaine séance de trois heures début février (avant des séances de 4 à 6 heures pour tester l’équipement sur des sorties plus longues).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :