Fonte historique de la banquise Arctique / Arctic sea ice shrinks to record low

La banquise n’aura jamais été aussi peu étendue que cet été 2012 – depuis les premières mesures réalisées en 1979.

Petit rappel n°1 – la banquise est une étendue de mer gelée, à ne pas confondre donc avec les calottes glaciaires ou inlandsis (notamment au Groenland et en Antarctique) qui sont constitués quant à eux d’eau douce (glace continentale) et qui peuvent libérer des icebergs.

Petit rappel n°2 – on distingue principalement deux types de banquise, la banquise pérenne (glace pluriannuelle qui persiste malgré la fonte estivale) et la banquise saisonnière (qui disparaît chaque été).

La banquise Arctique ne couvrait plus que 3,4 millions de kilomètres carrés à la fin de l’été 2012, selon le Centre national américain de la neige et de la glace (NSIDC). Le précédent record (4,10 millions de km2) datait de 2007 et avait alors été qualifié d’exceptionnel. En trente ans, la surface de la banquise Arctique a été divisée par deux.

Non seulement la fonte estivale de la banquise Arctique s’accélère depuis quelques années, mais la structure même de la banquise subit des modifications. Elle est désormais majoritairement constituée de glace saisonnière, qui fond chaque année, alors qu’elle était précédemment formée de couches successives de glace persistante.

Selon Peter Wadhams, spécialiste de l’océan Arctique qui dirige le département de physique de l’océan polaire à l’université de Cambridge, en Angleterre, la fonte de la banquise Arctique s’accélère au point qu’elle pourrait avoir totalement disparu en été dès l’année 2016.

Si la fonte de la banquise n’a pas de conséquence directe sur le niveau de la mer, puisqu’il s’agit d’une étendue de mer gelée, elle entraîne toutefois des effets néfastes sur le climat, notamment en modifiant les courants océaniques et atmosphériques. En outre, alors que l’albédo de la banquise est très important, la glace renvoyant la majorité des rayons du soleil, l’albédo de la mer est à l’inverse très faible : il absorbe entre 90 et 95% de la chaleur des rayons du soleil. L’accélération de la fonte de la banquise est également dévastatrice pour la faune de cette région polaire, notamment les ours polaires.

Dans le même temps, cette fonte record attise les convoitises des Etats limitrophes et des grandes compagnies pétrolières qui pourraient être en mesure d’exploiter les immenses ressources en hydrocarbures que cette région polaire renfermerait. Et une voie maritime pourrait être ouverte pour rejoindre la Chine à partir de l’Europe en passant par le nord de la Russie et la mer de Béring, soit un raccourci de 7.000 km par rapport au trajet actuel.

___________________________________________________________________________________________________________

Arctic sea ice surface has never been so low since first measurements in 1979.

Little reminder n°1 – sea ice is largely formed from seawater that freezes, to be constrated with ice caps, ice sheets inlandsis (such as Greenland and Antarctica) which are made of compacted snow and hence are fresh water from the beginning – and can release ice shelves and icebergs.

Little reminder n°2 – there are two main types of sea ice, multi annual (perennial) sea ice wich remains after summer melt season and annual sea ice (which melts every summer). 

Artict sea ice has shrunk this summer 2012 to an all-time low record at 3.4 millions square kilometers at the end of this summer 2012, according to the American National Snow and Ice Date Center (NSIDC). Previous lowest record dated back 2007 (4.10 millions km2) and was then considered to be exceptionnal. Within thirty years, the arctic sea ice surface has been divided by two.

Not only has Artict sea ice summer melt accelerated over the past years, but the structure of Artict sea ice itself is changing. It is now mostly made of annual sea ice, which melts every summer, whereas it used to be made mostly of layers of multi annual sea ice.

According to Peter Wadhams, professor of Ocean Physics, and Head of the Polar Ocean Physics Group, University of Cambridge, UK, summer melt is accelerating so quickly that Artict sea ice may totally melt during summer 2016.

If sea ice melting does not have a direct impact on sea level, because sea ice is largely formed from seawater that freezes, it does however have very negative impact on climate change, notably as it participates to the ocean and atmosphere currents changes. In addition, whereas the albedo of sea ice is very high, sea albedo is to the contrary very low as sea absorbs between 90 to 95% of sunshine. The acceleration of sea ice melting is also devastating for the arctic faune, notably for polar bears.

In the same time, this melting record arouses keen interest from northern countries and multinational oil companies which would be in a position to exploit potentially huge oil reserves. And a new waterway could be open up to get to China from Europe through the north of Russia and Bering sea, i.e. a 7,000 km shortcut compared to the current way.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :